';

Consignes de courses

Version pdf

 

Pour prétendre peser sur le déroulement de la course

 

Dans le peloton

Lorsque l’on est à 5 coureurs ou moins d’engagés il faut en permanence avoir une présence d’au moins 1 coureur dans les 15 premiers, si l’on est à 6 ou plus il être au moins à 2 coureurs ( 1 devant + 1 autre au environ de la 15ème place). Pour que se soit efficace, une solidarité entre les équipiers est nécessaire, ne pas garder toujours les mêmes devant, une rotation en tête de paquet se met en place en fonction des capacités physiques de chacun : entre 5 et 10 kilomètres devant et on redescent au sein du groupe pour récupérer : mais jamais musarder en queue de paquet surtout s’il est imposant.

 

Echappée

Lorsque qu’une échappée part, essayer de mettre 1 coureur de l’ECQ par tranche de 5 à 7 coureurs.

Evaluer les forces en présences, pour cela discuter entre vous et si c’est possible descendre à la voiture demander l’avis du directeur sportif.

Dans aucun cas on ne roule sur un groupe ou l’on est bien repésenté, on accompagne les coups qui partent sans participer aux relais ou on prend un relai de temps en temps pour endormir les adversaires ou casser le rythme par exemple lors d’une relance. Mais en principe si on ne roule pas on ve va pas non plus, d’une façon provocante, gêner les coureurs qui mêne la chasse, il faut les respecter.

Si une échappée part avec 10 coureurs et 1 quévennois, on évalue nos chances, s’il y a plus de 10 coureurs pour 1 quévennois on peut participer à la chasse sans en faire de trop.

Il est important de se tenir informé de la situation de la course en se parlant entre équipier

Si une échappée part sans quévennois, si l’on juge qu’il faut réagir parce qu’un ou plusieurs coureurs sont gangereux ou que l’arrivée est proche, on essaie de s’organiser derrière en faisant rouler les coureurs du club, c’est le capitaine de route qui donne le signal (en levant le bras en tête de peloton).

Au signal vous remontez le peloton et lorsque le capitaine juge qu’il y a suffisament de monde pour mener la chasse, il met en route. Là encore il faut évaluer les forces en présence et voire les club qui ne sont pas représentés à l’avant et les inviter à participer à la chasse. Dans tous les cas lorsque l’on mêne une chasse il faut que se soit dans un but précis : ramener un leader ou un sprinter à l’avant par exemple. Le leader ou le sprinter se place à l’arrière des

coureurs qui roulent en tête de peloton mais ne participe pas à la chasse, il faut toujours se garder un potentiel à exploiter lorsque la jonction avec les fuyards s’opèrera (attention au contre) ou pour l’arrivée. Il faut éviter de rentrer trop vite, la chasse est menée à un train régulier.

 

Dépannage sur incident mécanique

Le dépannage se fait sur la droite de la route et devant la voiture

Le retour derrière voiture après incident est inerdit par les règlements FFC, tout les directeurs sportifs le font et les commissaires en général ferment les yeux jusqu’au retour dans la file des voitures. Lorsque l’on est revenu dans la file on remonter de voiture en voiture en s’abritant au maximun, pas d’affolement ni de précipitation pour revenir, on profite d’un ralentissement pour passer à la voiture qui précéde et de même pour réintégrer le peloton.

Attention si le directeur de course (1ère voiture derrière le peloton) laisse un espace entre celui ci et sa voiture il faut garder des force pour pouvoir gicler et boucher le trou. Dès le retour dans le peloton ou groupe il faut remonter pour se mettre à l’abrit, rester derrière s’est le meilleur moyen pour se faire lâcher si çà se met à visser.

Incident dans les 3 derniers Km lors d’une course par étapes

Dans les courses par étapes les coureurs victimes d’incident mécanique reconnu (chute, crevaison, bris d’un élément essentiel sur le matériel) sont classés dans le temps du groupe auquel ils appartenaient avant l’incident encore faut-il le faire constater par un commissaires de course entre le panneau « arrivée 3Km » et la ligne d’arrivée.

 

Ravitaillement

Le ravitaillement se fait à partir du 50ème kilomètre et jusqu’à en principe 20 Km de l’arrivée Voir fiche « 6-2-1-4 ravitaillement »